samedi 21 janvier 2017

Todd à contre-courant

Todd à contre-courant

Une fantastique émission de près d’une heure avec Emmanuel Todd, que je vous recommande vivement, à l’occasion des 2 ans du site engagé Là-bas.org de Daniel Mermet.
Je vous recommande de le soutenir, en prenant (au moins) un abonnement mensuel de 5 € pour voir cette remarquable émission…
Source : Là-bas, 23-12-2016
arton4240
Pour l'enfariné Manuel Valls, c'est un mauvais Français, pour l'académicien Alain Finkielkraut, c'est un auteur qui « chie sur la tête des lecteurs ». Emmanuel Todd a l'art d'énerver la bourgeoisie intellectuelle et même la bourgeoisie tout court. Un monde qu'il connaît puisque c'est le sien.
Déjà traître à son milieu, son grand-père, le philosophe Paul Nizan, démolissait les BHL et les Zemmour de l'époque, dans son livre Les Chiens de garde. Emmanuel Todd affirme que c'est par tradition familiale qu'il joue ainsi son rôle d'intellectuel, à contre-courant. Bien sûr, les intellectuels jouent tous aux rebelles, c'est comme ça que le pouvoir les aime, mais combien de doigts vous faut-il pour compter ceux qui ont vraiment mis leur savoir au service du contre-pouvoir ? Combien dans ce contre-courant qui ressemble parfois à un mince filet d'eau ? Voire même complètement à sec comme l'a encore montré l'élection de Donald Trump, retentissante faillite du monde intello-médiatique [1] ?
Avec 46% d'abstention, Donald Trump a obtenu près de trois millions de voix de moins que son adversaire, mais le système électoral américain lui a donné le pouvoir. Un choc, un séisme, une panique, une horreur, mais pas pour tout le monde. Les nombreuses victimes de la globalisation imposée depuis plus de trente ans ont été sensibles aux promesses du milliardaire Trump contre la mondialisation néo-libérale, pour le protectionnisme, la politique sociale et le retour de l'État.
Fera-t-il ce qu'il a promis ? Le décevant bilan d'Obama ou les trahisons des socialistes français incitent à en douter. Mais il n'y avait pas de doute à avoir sur la politique ultra-libérale, sécuritaire et militaire qu'entendait mener son adversaire Hillary Clinton.
Todd met Trump de côté et s'intéresse à ce qui a intéressé les électeurs qui ont fait gagner Trump. Une Amérique profonde, plutôt blanche, plutôt rurale, plutôt masculine, plutôt âgée, plutôt peu diplômée et en voie de déclassement plus ou moins avancé. Une récente étude a montré que le taux de mortalité de la population blanche américaine la moins éduquée, âgée de 45 à 54 ans, a augmenté de façon inédite au cours des dernières années. Des dégâts imputables à l'insécurité économique qui frappe des pans entiers de la société américaine ignorés et méprisés par les élites éduquées des grandes villes.
L'élection de Trump marque-t-elle un réveil contre la globalisation néo-libérale ?
Un entretien de Daniel MERMET avec Emmanuel TODD :
– 01. TRUMP ou la fin de la globalisation ?
– 02. Vers un retour de l'État
– 03. TODD contre les chiens de garde
– 04. TRUMP à la Maison Blanche, LE PEN à l'Élysée ?
– 05. Le retour de la Russie
Voir la vidéo
5€/mois
Source : Là-bas, 23-12-2016

URL: https://www.les-crises.fr/todd-a-contre-courant/

Aucun commentaire: