En politique, les dieux sont rarement crucifiés

mardi 14 février 2012

Crise de l' euro : qui commande en Grèce ?



Qui va bénéficier de la nouvelle série de mesures d'austérité en Grèce , qui a obtenu une réponse violente de la foule pendant le vote des mesures d' austérité au parlement? 


Adrian Salbuchi, économiste argentin (voir la video plus haut) dit que c'est les banquiers, qui sont responsables en premier lieu de la crise économique actuelle.


Il ya deux questions clés qui doivent être posées, dont la première est de savoir qui dirige la Grèce.
" Est-ce le peuple grec? Ou est-ce le FMI? La Banque Centrale Européenne? L'Union européenne? L'Allemagne et ses "big banquiers" privés? 


Adrian Salbuchi pose cette question parce que le Premier ministre Lucas Papademos est un membre de la commission trilatérale, qui est l'un des groupes d'influence, où vous avez également le gratin de la finance, les hauts gradés de la Deutsche Bank, Dresdner Bank, Santander Bank, Goldman Sachs, Citicorp ... 


Alors, à qui M. Papademos donnera la priorité ? aux intérêts du peuple grec ou aux intérêts des banquiers ? 


La deuxième question, selon Salbuchi, est de savoir à qui tout cet argent est du. Une crise de la dette souveraine, ça arrive maintes et maintes fois au cours d'une histoire nationale.


" Est-ce que les banquiers sont si stupides qu'ils font toujours l'erreur de prêter trop d'argent aux états souverains? Et les gouvernements sont-ils si stupides qu'ils s'endettent pour beaucoup plus qu'ils ne peuvent rembourser? Ou est-ce que tout cela fait partie d'un modèle où, les impayés ont pour but de contrôler des pays entiers? "


Salbuchi conclu en disant que tous les gouvernements aux prises avec la crise de la dette souveraine ont à faire un choix : ou servir le peuple ou les banquiers.
" Tous les gouvernements, que ce soit en Grèce, en Italie, en Espagne, au Royaume-Uni, tous les gouvernements ont aujourd'hui deux choix: ils peuvent soit gouverner pour le peuple, ou ils peuvent gouverner afin de favoriser les banquiers, ce qui signifie qu'ils seront toujours contre le peuple. "


Des dixaines de milliers de manifestants , dont la plupart non-violents, sont descendus dans les rues d'Athènes en réponse à un nouvel ensemble de mesures d'austérité soutenues par leur gouvernement. Les protestations ont dégénéré avec des bâtiments incendiés et des affrontements avec des manifestants radicaux et la police anti-émeute.

Aucun commentaire: