En politique, les dieux sont rarement crucifiés

mercredi 5 octobre 2011

Deuxième débat des primaires du PS : un exercice de "cols blancs" Montebourg attactif et Sarkozy repoussoir absolu

Le débat entre les six candidats aux primaires des socialistes  a été un exercice de cols blancs et d'échange constructif d'idées et de nuances. Les deux heures de discussions à gauche pour voir les différences dans les recettes à appliquer pour surmonter la crise et promouvoir la croissance.

Arnaud Montebourg, 48 ans, qui a accusé Sarkozy d'avoir abusé de l'immunité juridique qui protège le chef de l'Etat de bloquer ou de retirer des avantages personnels de certains scandales impliquant des présumé collaborateurs très proches. Tous les candidats ont promis que s'ils gagnent la présidentielle de mai, la réforme du statut juridique du Président de la République sera posé.


Les candidats promettent de réformer le statut juridique du président
Montebourg est l'étoile montante de ces primaires, et les sondages disent qu'il est sur les talons de ségolène Royal. Il est connu comme le champion de la dé-mondialisation, et son image est attractive.

Martine Aubry , a défendu le modèle allemand de l'emploi, l'innovation et la formation, a souligné que "les coupures et l'austérité ont seulement contribué à aggraver la crise", et a critiqué le "fiasco" de la politique de sécurité de Sarkozy, promettant de mettre 10.000 policiers dans les rues de plus.


«Un Français sur cinq a peur de quitter sa maison", a déclaré François Hollande, qui, selon les sondages a consolidé son avance sur Aubry .


Hollande a fustigé la gestion économique du gouvernement Sarkozy , mais surtout insisté sur les contours de son programme: un nouveau plan d'éducation nationale, la réforme fiscale urgente "impôt qui équilibre le poids du capital et du travail», et la création contrat générationnel, une formule qui permettrait de récompenser les entreprises privées qui gardent à leurs postes les travailleurs âgés tout en enseignant le métier à de jeunes recrues.

Il y avait des références au  slogan «République irréprochable » proposé par Sarkozy en 2007. Aubry rappelant la lutte acharnée du président contre l'indépendance judiciaire , citant les cas de corruption Jean-Michel Baylet, chef du Parti de la gauche radicale, a revendiqué une «solution fédéraliste européen à une crise européenne.

Aucun commentaire: