En politique, les dieux sont rarement crucifiés

jeudi 22 décembre 2011

Nicolas Sarkozy se moque de François Hollande devant un groupe de parlementaires UMP : le petit c'est lui !



Le président de la République a invité presque vingt parlementaires de sa tendance à l'Élysée en déut de semaine.


Impatient d'en découdre. Nicolas Sarkozy a montré à ses proches l'image d'un homme «pret à entrer en campagne». Au menu : François Hollande ! Surnommé par le chef de l'état «le petit». 


les critiques ont fusés à propos de sa déclaration «gagner ensemble» au SPD (sociaux-démocrates allemands), qu'il a vu à Berlin lors de son récent déplacement. «Hollande a voyagé en Allemagne pour fanfaronner qu'il souhaitait la victoire des adversaires de Merkel, s'est-il exclamé. S'il gagne en 2012, il faudra qu'il négocie presque une année avec elle! Comment espere t il obtenir des concessions après avoir déclaré ça?»




Le fait que François Hollande soit allé à Rome sans rencontrer Mario Monti, et à Berlin sans voir Angela Merkel n'a pas mnqué d'amuser Nicolas Sarkozy. «il a pu décrocher un rendez vous avec Zapatero en espagne, celui qui a été battu!». Le président souligne que le candidat socialiste peine a imposer ses axes de réflexion. «Ce qui le gène, c'est qu'on croierait à l'entendre, qu'il est toujours en train de batailler pour les primaires, maintenant c'est le grand bain devant tous les français et pas seulement devant les socialistes. le regard de l'opinion a changé, il est scruté à la loupe de l'opinion publique et tous ses défauts et incohérences sont exposés au grand jour".


Marine Lepen : "c'est le niveau zéro !" tempète t il. «elle veut rembourser la dette en retournant au Franc, mais cette dette explosera alors du simple fait de la conversion monétaire en une monnaie forcément dévaluée», argumente t il sur de lui. «On aurait dit un acteur, il ne manquait plus que les techniciens !", observe un fidèle présent à l'entretien. "Il bout d'impatience à l'idée de se lancer dans la campagne pour 2012.» Il a "jugé" plus modérément François Bayrou estimant qu'il est le plus légitime pour "incarner le centre".  Le MODEM selon Nicolas sarkozy est le seul parti qui peut "sérieusement" prendre des voix au candidat de la rue de Solférino. «Bayrou et les socialistes s'alliant pour 2012 est une option par crédible», a-t-il commenté.


Le chef de l'État, très remonté, s'est moqué de la cacophonie qui règne autour de François Hollande: «C'est incompréhensible pour l'électeur moyen, je n'y comprends dailleurs rien, personne n'y comprends quoi que ce soit!». 


Enfin le président a exprimé toute sa défiance pour les sondages, rappelant que Giscard, Balladur et Jospin avaient échoués car leur accordant une attention démeusurée au risque de perdre de vue la "situation réelle". Le président a félicité l'UMP pour son projet volontaire et courageux. «En 2012 je vais aller encore plus loin et plus fort" a-t-il promis. Il ne manque pas également de distribuer un "bon point" à françois Fillon qu'il juge plus "mordant" qu'avant. Rachida Dati se voit confirmée dans sa "disgrace", estimant que les dernières sorties de la députée européenne posaient un problème qu'il va falloir "traiter".


On l'aura compris, l'Elysée est dors et déja en ordre de bataille pour 2012, et la "demi mesure" ne pardonnera pas, la dissidence non plus dailleurs...

Aucun commentaire: